La Parvorvirose canine.

La parvovirose est une maladie du chien bien connue qui se développe suite à l’infection par un virus appelé Parvovirus canin de type 2 (CPV-2). Elle est apparue aux USA à la fin des années 70 et a gagné le monde entier en moins d’une demie année. De nos jours, la parvovirose est essentiellement retrouvée dans des collectivités de chiens.

 

 

Etiologie, Pathogénie:

Le parvovirus est extrêmement résistant dans le milieu extérieur et peut facilement y survivre pendant plusieurs mois. Les jeunes chiens (de 1,5 à 6 mois) ou les chiens dont le système immunitaire est débilité sont les plus sensibles. La contamination se fait par ingestion de selles contaminées ou par contact avec du matériel contaminé;Le virus cible alors les cellules à division rapide (cellules de l’intestin, cellules de la moelle osseuse…).

 

 

Signes cliniques:

Les signes cliniques apparaissent entre 5 et 6 jours après l’infection. Ils se caractérisent par une entérite hémorragique très sévère associée à de l’abattement, de la fièvre, des vomissements et à l’examen sanguin une leucopénie. Ensuite, la diarrhée (selles liquides, jaunes, sanguinolentes) apparaît après 6 à 24 heures. La mort peut survenir après é ou 3 jours par déshydratation et amaigrissement extrême;

parvovirose-5373c9e5342a0

 

Diagnostic:

Le diagnostic de suspicion se base sur la présence des ces signes cliniques très évocateurs. Néanmoins, le diagnostic de certitude passe par une recherche du virus dans les selles, plusieurs tests existent, certains peuvent être faits au chevet du malade (ELISA), d’autres doivent être réalisés par un laboratoire (PCR, Immunoflurorescence).

La parvovirose est considérée par la loi comme un vice rédhibitoire si le chiot développe des signes cliniques dans les 5 jours suivant l’acquisition.

 

 

Pronostic et Traitement:

Le pronostic est réservé mais on estime qu’une fois le 5eme jour passé, les chances de guérison sont bonnes.

Le traitement consiste en la prise en charge de la déshydratation par une réhydratation par voie intra-veineuse. Une antibiothérapie à large spectre est également recommandée afin de limiter les infections bactériennes concomitantes.

Prophylaxie:

La prophylaxie passe avant tout par la vaccination, la prophylaxie sanitaire étant extrêmement difficile à réaliser du fait de la grande résistance du virus.