La rage: une maladie transmissible à l’Homme.

La Rage est une maladie infectieuse connue depuis l’Antiquité. Elle est due à un rhabdovirus transmis le plus souvent par morsure. Elle se traduit par une atteinte de l’encéphale en général mortelle. Des signes d’excitation, d’agressivité ou des paralysies peuvent ainsi être observés. Une fois la maladie déclarée, l’issue est souvent mortelle. Tous les mammifères peuvent être atteints au même titre que l’Homme. Des cas sont retrouvés sur tous les continents.

Pathogénie:

a613a3158f_virus-rage_Sanofi-Pasteur-Fliickr-cc-by-nc-nd-20

Le virus se multiplie dans les cellules musculaires situées à proximité de la morsure (point d’inoculation) avant d’infester les terminaisons nerveuses voisines. Après dissémination par voie nerveuse, la multiplication continue dans les neurones du cerveau. Enfin, le virus est de nouveau transporté vers les organes périphériques: on le retrouvera par exemple en grande quantité dans les glandes salivaires, ce qui favorise la transmission par morsure.

La durée d’incubation (c’est à dire la période comprise entre le moment de l’inoculation et de l’apparition des premiers symptômes) est inconnue: elle dépend de la quantité de virus inoculée, de la zone de morsure, de l’espèce…

Les carnivores alternent état d’hyperactivité avec prostration, criseRage_canines convulsives… se soldant par un coma ou la mort au bout de quelques jours.

Chez le chien, la durée d’incubation moyenne se situe entre 15 et 60 jours. Les individus atteints peuvent déclarer une forme dite “furieuse”. D’abord, seules des modifications légères du comportement sont observées: ils semblent tristes et inquiets, sans cesse agités, ils se réveillent en sursaut. Ils ne présentent cependant pas de modification de l’appétit. Puis, ces signes sont accentués et les chiens atteints semblent avoir des hallucinations, quelques fois, leur voix se modifie. Alors, ils peuvent développer des démangeaisons pouvant les inciter à se mutiler. Ce n’est que par la suite que les animaux deviennent incontrôlables et peuvent fuguer, se jeter sur des personnes ou autres animaux. Finalement, la paralysie gagne l’animal entraînant inéluctablement la mort. Une fois cette forme déclarée, l’évolution est rapide et se fait entre 2 à 10 jours.

Par ailleurs, le chien peut développer une forme paralytique. Dans ce cas, on observera d’abord un changement de comportement puis des paralysies se déclarent touchant des régions souvent isolées (un membre, la mâchoire…). Pour cette forme, l’évolution est bien plus rapide et se fait entre 2 et 3 jours.

Chez le chat, on distingue ces 2 formes également et l’évolution est globalement similaire.

Chez l’Homme, l’incubation peut aller de 35 à 90 jours. On observe d’abord une phase de prodrome qui se caractérise par une violente douleur au point d’inoculation, des mouvements d’humeur en particulier une tristesse inexpliquée. Par la suite, les troubles comportementaux s’accentuent, des hallucinations peuvent apparaître. L’hydrophobie (peur de l’eau) est un symptôme caractéristique. L’évolution est rapide après l’apparition des premiers signes cliniques et la mort survient entre 2 à 10 jours.

Épidémiologie et répartition:

En France, jusqu’en 1998, le renard était le plus grand porteur de rage. La vaccination antirabique de cet animal a permis l’éradication de la maladie dans notre pays.

La transmission se fait essentiellement pendant la phase pré-clinique, c’est à dire les quelques jours précédant les premiers symptômes au cours desquels le malade excrète en grande quantité le virus dans sa salive.

Traitement:

Chez l’animal, il n’y a pas de traitement.

Chez l’Homme, certaines techniques existent (administration de sérum…) mais ne permettent à ce jour pas d’éviter l’issue de la maladie.

Vaccination:

Louis_Pasteur_en_1857Mis au point en 1885 par Louis Pasteur, le vaccin contre la rage a largement évoluer avec le temps. De nos jours, il en existe deux types: des vaccins à virus vivants atténués et des vaccins à virus inactivés. Les vaccins à virus inactivés ont l’avantage d’être dépourvu de virulence cependant la protection qu’ils confèrent est amoindrie s’il ne sont pas adjuvés.  Les vaccins à virus inactivés quant à eux permettent de développer une meilleure protection contre la maladie mais certains individus peuvent être sensibles à leur virulence. Il existe aussi de nouveaux vaccins recombinant mis au point en modifiant le code génétique d’un virus vecteur pour y insérer un fragment de celui du virus de la rage.

Le protocole vaccinal:

La primo-vaccination se fait en une injection unique la première année puis les rappels sont généralement annuels (conformément à l’Autorisation de Mise sur le Marché des produits utilisés).

Pour voyager en Europe, la vaccination anti-rabique est obligatoire au même titre que l’identification de l’animal. Pour voyager dans des pays où la rage est toujours présente, d’autres formalités sont souvent nécessaires (par exemple, le titrage en anticorps), l’important est de prévoir cela au moins 3 mois avant le départ. Le site internet Anivetvoyage est très complet et donne de nombreuses informations à ce sujet en fonction du lieu de destination.